Les mauvaises pratiques

Mai 12

Les mauvaises pratiques

───────────

Sommaire

00.20 - Introduction 02.10 - Tout les mauvais goûts sont dans la nature 03.25 - Quelques mauvaises pratiques selon vous 04.00 - La désaturation partielle 04.30 - Exemple d'un artiste de cirque 05.00 - Le simpliste est à la portée de n'importe qui 05.30 - Les clients aiment ça ! 06.05 - Exemple avec Mc Do 07.10 - Autre exemple, le Vin 08.40 - Pratique à la mode 09.05 - Exemple avec la règle des tiers 10.30 - Conclusion

───────────

Transcript Introduction Cette semaine j'ai envie de vous remuer un petit peu et refaire un épisode d'argumentation. Bah oui, dans l'intro je vous ai asséné mes vérités mais il va bien falloir que je vous explique pourquoi je pense cela si je n'ai pas envie de paraître pour un con qui croit détenir la vérité ultime ! Bon peut être qu'à la fin de cet épisode c'est tout de même ce que vous penserez ... J'ai lancé F/1.4 dans le but de partager mes astuces pour que l'ensemble de notre travail évolue au fil du temps, partager mes techniques, que vous puissiez voir si elles vous correspondent et peut être en intégrer certaines dans votre travail. Mais dès l'épisode 3, j'ai voulu aller plus loin que de simples tutos techniques et parler de mon point de vue sur le monde la photo et en débattre avec vous. Le weekend dernier j'étais en Workshop portrait créatif à coté de Cannes. J'ai rencontré beaucoup de photographes de la région. Région que je ne connaissais pas du tout. J'ai pu partager de nombreuses choses avec eux et je les en remercie. Merci ! J'ai été confronté à certaines personnes qui traitent leur photo avec des effets qui pour moi sont à proscrire. Nous avons pris du temps pour en discuter et en débattre. J'ai du argumenter sur le pourquoi il ne fallait pas le faire car j'étais en présence de photographes qui ne pensaient pas comme moi. C'était super enrichissant et je me suis aperçu qu'en leur faisant voir une autre façon, en leur montrant qu'il y a d'autres techniques pour arriver à ce qu'ils souhaitent, ils comprenaient la raison de mon discours catégorique de type "la désaturation partielle c'est le mal". J'ai voulu donc partager avec vous ces pensées dans un épisode consacré aux "mauvaises pratiques". AVERTISSEMENT Avant de commencer mon argumentaire, je tiens à préciser que je ne veux stigmatiser personne. Ceci est bien sur ma façon de penser et n'engage que moi. Il est politiquement correct de dire : chacun à le droit d'aimer ce qu'il veut. Tous les goûts sont dans la nature ... Si on se cantonne à cela, en gros, tout le monde à le droit de faire ce qu'il veut et de l'auto proclamer : Art Bon pour être franc c'est ce qui se fait déjà. Alors j'ai plutôt envie de vous dire : Tous les mauvais goûts sont dans la nature. Je n'ai pas envie de partir sur un débat de goûts. le gout est quelque chose de très personnel tant que l'on reste dans quelque chose de qualitatif. Parce que oui, le goût pour quelque chose de non qualitatif, bah comment vous dire ... Alors moi, j'adore Bienvenue chez les chtis. Je me suis trop marré devant. Dany Boon il est trop fort. Je vais tenter de vous démontrer que certaines pratiques, que beaucoup d'entre vous utilisent (et que j'ai pu utiliser), ne rendent pas service mais alors pas du tout service à vos photos et surtout que vous avez moyen d'en utiliser d'autres qui arriveront au même but recherché avec un rendu bien plus classe ! Les mauvaises pratiques Quelles sont les pratiques que vous considérez comme "le mal". Je vous ai posé la question sur la page facebook de F/1.4 et voici quelques une vos réponses : La désaturation partielle Le vignettage positif Le cadrage penché Les cadres Le sépia Les signatures énormes La saturation exagérée Le lissage de peau excessif Le tone mapping (HDR trop poussé) Le vignettage négatif excessif Le flou rajouté Les effets "vintage" Photoshop (là on va pas être copain ^^) Les textures Le tilt shift Les photos posées Je vais prendre pour exemple principal, la désaturation partielle car je la trouve symptomatique de ce problème. Alors Sébastien pourquoi la désaturation partielle c'est le mal ? Parce que c'est un effet kitchissime à mort ! Avez vous vu des photographes reconnus l'utiliser ? Non. C'est un effet qui date d'il y a 30 ans minimum. Il a été sur-utilisé et est donc passé du coté kitsch de la force. Question de goût vous allez me dire. Et bah non ! Parce ce que c'est un effet Simpliste ! Cela va me permettre de vous expliquer la différence entre Simple et Simpliste. Le Simple est souvent ce qu'il y a de plus beau mais aussi ce qu'il y a de plus compliqué à faire. Prenons l'exemple d'un artiste de cirque ou d'un mime. Quand vous regardez son spectacle, quand vous le voyez jongler, porter sa partenaire et la faire tournoyer dans les airs, c'est tellement bien fait que ça parait super simple à faire. J'ai l'impression que je le peux le faire (jonglage !) Et pourtant derrière c'est des années et des années et des années de pratique intensive pour arriver à ce niveau de naturel. Le plus beau c'est quand on ne ressent pas l'effort car on est happé dans le monde de l'artiste, dans son univers et on ne pense plus du tout au coté technique. Le simpliste au contraire est quelque chose qui est à la portée de n'importe qui. Depuis l'arrivée de logiciels tels que Picasa ou autre, la désaturation partielle est à la portée d'un enfant de 3 ans. "désaturation partielle". N'importe qui peut le faire. C'est comme Instagram ! Un format carré, quelques effets automatiques et tout le monde se croit photographe. Tout ceci est simpliste. OK ! La désaturation partielle ce n'est pas beau mais les clients aiment ça. Je ne partirai pas sur l'évidence même : montrez ce que vous aimez et ce que voulez faire et c'est ce que vous vendrez. De mes 4 ans de photographie professionnelle, jamais aucun client ne m'a demandé de la désaturation partielle ! Tout simplement parce que je ne leur en ai jamais montré. Ce n'est pas parce que des gens aiment quelque chose que c'est forcément bon ! Regardez, Il y a bien des gens qui aiment Christophe Mae ... Est-ce que ces gens aiment vraiment par goût un produit ou est-ce parce qu'on leur a dit que c’était ce qu'ils devaient aimer ? Revenons à Macdo, j'aime bien prendre mcdo en exemple ! Est-ce parce que Mcdo c'est bon qu'on adore y aller ou est-ce parce que c'est "cool" et qu'on se tape des milliers de pubs par jour à ce sujet depuis notre naissance ? Est-ce que Mcdo c'est vraiment bon ? Je reprendrai la célèbre expression : C'est bon mais c'est pas bon ! Parce que non évidemment McDo c'est tout sauf de la vraie alimentation. C'est de l'alimentation simpliste. C'est un goût préfabriqué pour vous faire l'aimer facilement et vous faire revenir. Comme le produit qu'ils mettent dans les chips pour vous en faire reprendre d'autres et sûrement comme les Granola également ! C'est un goût simpliste en bouche sans aucune nuance. On ne déguste pas un mcdo, on s'en empiffre. Alors que pour quelques euros de plus, on peut aller dans un petit resto à côté qui fait aussi des burgers, prendre plus de temps et apprécier de vrais produits travaillés avec soin et nuancés. Si nous étions dès le plus jeune âge éduqué à la vraie bouffe, à la musique de qualité, au cinéma travaillé et pas goinfré à la TV TF1 on s'apercevrait très vite que ce qu'on nous sert la plupart du temps, c'est juste de la merde ! C'est de la merde ! Prenons un autre exemple : le vin. Je n'y connais vraiment rien en vin. J'aime certains vins, que je trouve vraiment très bons. On me donnerait une bouteille a 3000 euros, je ne suis pas sûr que je préférerai. Mais si je prenais des cours ? Que je passais quelques dizaines d'heures à éduquer mes sens à sentir, goûter ... je m'apercevrai peut être que le vin que j'adorais est en fait une piquette sans aucune nuance en bouche avec un gout extrêmement simpliste. Quelles sont les raisons que les photographes avancent pour faire de la désaturation partielle : - Faire ressortir le sujet. Vous, vous n'avez pas regardé l'épisode 07 sur le sens de lecture. Pour faire ressortir le sujet d'une photo, vous pouvez utiliser une balance des blanc différente entre votre fond et votre sujet, une saturation / désaturation légère, le flou (à la prise de vue), une partie sombre et une partie claire ... - C'est joli Hum, là je ne sais pas comment vous expliquer que non, ça ne l'est pas mais alors vraiment pas. C'est aussi moche et kitsch que l'ombre d'une alliance formant un cœur sur la reliure d'un livre ou les photos de bébé nus avec un bonnet rose sur la tête ! - C'est rapide à faire et ça ne demande pas de connaissance en Photoshop C'est bien ça le problème. C'est comme ces gens qui se disent puriste de la photo parce qu'ils ne retouchent pas leur photo à la sortie de leur boitier ... C'est souvent parce qu'il ne savent pas retoucher ou alors qu'ils n'ont pas envie de prendre le temps d'apprendre ! De bonnes pratiques Il y a deux types de bonnes pratiques : la pratique à la mode et la pratique universelle. Comment les différencier ? Vous le saurez dans quelques années si ce que vous faites a pris un gros coup de vieux ou si c'est toujours d'actualité. Bien sur, il peut y avoir de belles utilisations de tous les procédés que j'ai cité en début d'épisode. Mais c'est utilisé par des gens qui savent ce qu'ils font et qui ont intégrés le gout et le beau "universel". Prenons l'exemple de la règle des tiers dans le cadrage. Si vous centrez votre sujet on va très très souvent vous dire que votre image ne marche pas, que votre sujet est trop centré, n'exprime rien. NE PAS CENTRER est une règle que l'on vous donne lorsque vous débutez. Peut on dire à ce moment là : non mais tous les gouts sont dans la nature, si j'aime centrer, laissez moi faire. Je n'ai jamais entendu personne le dire. La règle des tiers est une règle respectée depuis des centaines d'années. Et force est de constater qu'elle est sacrément utile et véridique. Est ce que ça empêche des photographes de centrer leur sujet ? Non, je suis le premier à le faire excessivement peut être mais je suis le premier à le faire ! Cependant j'ai intégré la règle des tiers, j'ai compris pourquoi elle existait, j'ai compris qu'elle était vraie et me permettait de ne plus faire de photos banales. Je l'ai pratiqué durant des années et maintenant le cadrage est devenu pour moi instinctif, je dirai même "simple". Et je peux donc me permettre maintenant de centrer mon sujet. Mais est ce que mon sujet est vraiment centré ? Est ce que mes dizaines de portraits centrés sont totalement centrées ? non ! Le plus souvent comme sur cette photo, la ligne des yeux est sur la ligne des tiers du haut et donc donne un équilibre à ma photo. La désaturation partielle n'est utilisée a 99.9% du temps que par des débutants (ou des gens de mauvais goût). Par des gens qui n'ont pas encore intégrés les règles que des centaines d'années d'évolution de l'art ont permis de fixer pour nous aider. Ils arrivent dans le monde de la photo en disant : j'aime ça donc c'est bien. Non ! Conclusion Pour conclure et pour me contredire, je dirais qu'il n'y a pas de MAL comme je l'ai dit au début. Il y a juste des mauvaises utilisations des outils dont on dispose. Quelqu'un a dit en réponse à la question posée sur la page facebook qu'une photo qui demande + de 5 minutes de traitement est une photo ratée. J'ai envie de dire l'inverse. Une photo que l'on traite en moins de 5 minutes et une photo dont on a pas extrait tout le potentiel. Et le problème de la plupart des effets recensés juste avant c'est qu'ils sont réalisés en moins d'une minute pour beaucoup et donc faciles et simplistes. Ces techniques sont utilisées sans réel savoir faire et sans subtilité. Le vrai et le beau est très souvent (mais pas toujours mais très souvent mais pas toujours mais très souvent) dans le travail, la maîtrise et l'expérience. Et cela, ça ne se fait pas en 5 minutes. Et je reste persuadé que l'on peut utiliser de la désaturation partielle, du vignettage positif, du tone mapping pour en faire de chouettes photos. Par contre la clarté négative, c'est vraiment le mal ! Si vous pratiquez encore ce genre d'effet, regardez vos photos, prenez du recul, un vrai recul, je veux dire. Fermez les yeux et rouvrez les et demandez vous si votre traitement est simple ou simpliste. S'il rend service à la photo, s'il est subtil. Demandez vous si votre traitement est d'actualité et s'il le sera encore dans 15 ans. Ce n'est pas grave de l'avoir fait ou de le faire encore. Le tout est de comprendre pourquoi il faut essayer autre chose. Pensez émotion vraie et non pas émotion préfabriquée. Soyez subtils et usez de techniques avec douceur et sans abus. Et si après tout cet argumentaire, vous avez toujours envie de penser que je suis un sale con de réfléchir ainsi, n'hésitez pas à me le dire en commentaire, nous pourrons continuer le débat !

Follow

About the Author

C'est moi !

>